Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /home/clients/25aead0298a7359e58e5e7da208d1eee/cas-sommartel/wp-content/themes/Divi/includes/builder/functions.php on line 5941
Mesures préventives pour cet hiver | CAS Sommartel

La montagne et le froid

Eh les amis… vous la connaissez celle-là ? Y a deux mecs qui s’entraînent comme des malades pour une course dans les Alpes (dont je tairai le nom…), pour avoir une chance d’égaler les meilleurs, rien de tel qu’un entraînement drastique : de la déniv coûte que coûte. Soleil, neige, cailloux, gris tempête… bien égal, faut emmagasiner de la déniv et pour cela une deuxième obsession : être le plus léger possible…

Lors d’une de ces fameuses séances d’entraînement, il fait un temps froid, venteux, gris, mais bien égal ; il faut de la déniv… Nos deux gars super bien équipés dernière mode (pantalon slik, max 1 mm d’épaisseur, thermo shirt pour le haut 2 mm d’épaisseur avec fermeture ouverte montrant aux flocons les beaux pectoraux, un bonnet ressemblant plus aux « Strumpfhose » de ma grand-maman, et un sac à dos avec un réservoir rempli de boisson vitaminée et riche en je ne sais pas trop quoi), nos deux compères se mettent en route… la montée nickel, arrivés en haut des 1000 m de déniv, la banane (dans le brouillard) sur les visages transpirants, juste le temps d’enlever les peaux et hop on attaque la descente. Sinon glaglagla… et pas de bol dans la descente une erreur de carre et hop le fameux « schtanz » tant redouté. Pas moyen de se remettre en route, les côtes font monstre mal et l’épaule est dehors… Bah, pas de soucis on fait le 1414 via l’app « irega » et dans 15 minutes les secours sont là… Ben zut, il fait un temps pourri et pas moyen de voler… les secours vont arriver, mais dans deux bonnes heures… et à pied… et en attendant, à part grelotter et boire une potion limite buvable… il ne reste qu’à se refroidir…

Ben en fait, ce n’est pas une blague, mais malheureusement une histoire vraie !!! et s’il y avait que celle-là !!!! eh oui, regardez un peu autour de vous : des mecs, ou madames dans ce nouveau style trail à la mode, ça pullule dans nos montagnes… Et ben ce genre de personnages font le bonheur de la hausse de nos primes maladie et là, grincer les dents des professionnels de la montagne !!

Le froid il faut s’en méfier, car c’est sournois et ça fait mal dans tous les sens du terme.

Le froid provoque principalement deux types de pathologie : l’hypothermie (refroidissement du corps entier) et les gelures (refroidissement localisé d’un membre). Attention souvent, ces deux pathologies se combinent.

Penchons-nous sur l’hypothermie

On parle d’hypothermie quand la température centrale de l’organisme descend en dessous de 35 °C. L’hypothermie se définit par sa gravité en différents stades et manifestations cliniques :

Degrés Signes
Stade I Frissons, état de conscience normal 35-32
Stade II Plus de frissons, trouble de l’état de conscience 32-28
Stade III Inconscient, pouls et respiration lents 28-24
Stade IV Mort apparente, arrêt cardio-respiratoire 24-14
Stade V Mort Inf à 14

Stade I :
Encore rien de bien grave :
Boisson chaude et sucrée, pas d’alcool !!
Bouger pour produire de la chaleur.
Protéger la personne contre un refroidissement supplémentaire.
En l’absence de blessure, pas de nécessité de consulter un médecin/urgence (sauf si vous ou la personne en ressentez le besoin).

Stade II :
Attention il y a un risque vital potentiel ! Alarmez les secours via le 1414 !!
Ne pas laisser bouger le patient activement ! L’afflux de sang froid est rempli de déchets métaboliques dus au froid, risque de provoquer un arrêt cardiaque !
Ne pas donner de boissons chaudes ou alcool.
Garder le patient en position couchée, si possible isoler du froid du sol (par veste, sac à dos ou moyens du bord) et le protéger d’un refroidissement supplémentaire.
Surveillez le patient en attendant l’arrivée des secours.
Évacuation sous médicalisation vers un centre hospitalier approprié.

Stade III :
Ça se complique, car la probabilité de devoir effectuer un massage cardiaque est haute !! Obligation d’avoir alarmé les secours au stade II !!!
Protection contre le froid pour éviter un refroidissement supplémentaire (veste, couverture isothermique, etc.)
Position couchée ou latérale de sécurité et surveillez le patient en attendant les secours.
Si plus de respiration ou pouls, effectuer un massage cardiaque !
Évacuation sous médicalisation vers un centre hospitalier approprié !

Stade IV :
Obligation d’avoir des secours sur place !!!
Manœuvre de réanimation nécessaire !!
Évacuation sous médicalisation vers un centre hospitalier approprié !

Stade V :
Obligation d’avoir des secours sur place !!!
Manœuvre de réanimation nécessaire !
Évacuation sous médicalisation vers un centre hospitalier approprié !!

En résumé :

Qu’est-ce qu’il se passe quand un montagnard est exposé au froid ?
Notre métabolisme ainsi que notre thermorégulation fonctionnent de façon efficace dans une plage de température corporelle comprise entre 24-42°C. La chaleur est principalement produite par l’activité de notre métabolisme et de nos muscles. Les pertes de chaleur se font principalement par 4 mécanismes :

  • convection (contact entre la surface de la peau et l’environnement, ex : l’effet du vent),
  • conduction (contact direct avec un corps froid, tel que neige, glace),
  • rayonnement/radiation (ex avec des parois froides, mais sans contact, dans une crevasse par exemple),
  • sudation (transpiration)

Pour faire simple, deux paramètres principaux entrent en ligne de compte : la nature et l’homme.

La nature par plusieurs facteurs, tels que :

La température extérieure. Attention des lésions dues au froid peuvent survenir à des températures supérieures à 0 °C

Le vent. Il chasse la couche d’air tempérée qui est au contact de la peau. Plus la vitesse du vent est grande plus l’effet du froid sur le corps est important et accélère le refroidissement.

L’humidité accélère la vitesse de refroidissement, etc.

L’homme principalement par :

Son habillement : plus les couches sont : épaisses (en cm), peu serrées et multiples ; meilleure est l’isolation.

Son épuisement, une mauvaise condition physique (musculaires et nutritive) ne permet pas à l’organisme d’aller puiser/mobiliser l’énergie nécessaire à la production de chaleur.

Alcool, substances (médicament ou autre) vasodilatatrices ; les pertes de chaleur sont aggravées par la dilatation des vaisseaux.

Nicotine : provoque une vasoconstriction ce qui augmente considérablement le risque de gelures et de lésions des membres périphériques.

En cas de blessures, l’immobilité, la douleur, etc. augmentent les pertes de chaleur et mobilisent plus de ressources à l’organisme pour lutter.

Etc…

Parlons prévention et recommandations pratiques :

Par des températures proches de zéro, il faut se vêtir chaudement, boire et manger régulièrement, suffisamment, et surveiller ses copains de course moins expérimentés.

Protection contre le vent : le vent accélère le processus de refroidissement
Protection contre l’humidité
 : des habits humides accélèrent le refroidissement

Partir en course, correctement équipé. Ne pas oublier que ce qui fait une bonne isolation n’est pas la marque ou la couleur de la veste, mais son coefficient thermique et ces centimètres d’épaisseur !! en couches multiples et lâches c’est encore mieux.

En cas de pause, des petits exercices musculaires ça tient chaud…
Pas de boisson alcoolisée, ou de nicotine (désolé pour les fumeurs…).
En cas de douleurs d’un membre, sentiment de gelure, le masser gentiment.

Pour vous compléter l’histoire du début : heureusement nos deux sportifs s’en sortent pas trop mal (enfin… pas trop le bon mot). Le premier a fini avec un stade I d’hypothermie sans séquelles importantes, par contre le deuxième avec des gelures des mains et des pieds en stade II et a malheureusement dû être amputé des deux orteils et d’un pouce, un stade d’hypothermie II, des nécroses musculaires des cuisses ainsi que pour couronner le tout, une méchante fracture de l’épaule et des côtes cassées en séries…. Après pas mal de semaines d’hospitalisation, d’opérations et de convalescence, aujourd’hui il va bien !

Pour les gelures, va falloir que je repasse… la longueur de mon chapitre est déjà bien dépassée… mais difficile de traiter un thème médical comme l’hypothermie en si peu de temps… pages… mais suis volontiers à dispo en cas de questions.

Je vous souhaite un bel hiver, pleins de « peuuf comme on l’aime, et n’oubliez pas ; sortez couverts (ou au moins dans le sac) avec : les gants, le bonnet et la doudoune…
à la revoyure Misa.

Misaël Peter | Préposé aux secours | misael.peter@bluewin.ch