{gallery}gallery/monte_leone_150e, quality=100, width=150{/gallery}

La cabane de la section locloise du Club alpin illuminée par l’artiste Gerry Hostetter.

« C’était merveilleux, avec des nuages dans le ciel et la lune le soir, et un ciel bleu profond ce matin » .

Au téléphone hier depuis l’hospice du Simplon, Claude-André Montandon témoignait du succès de l’illumination en deux temps, mardi au crépuscule et mercredi à l’aube, de la cabane de Monte Leone, dont il est responsable pour la section Le Locle-Sommartel du Club alpin suisse. L’artiste éclairagiste zurichois Gerry Hofstetter y réalisait sa quatorzième performance dans le cadre des festivités du 150e anniversaire du CAS. Un quasi mi-parcours puisque 26 des quelque 150 cabanes du club sont tour à tour illuminées cette saison, une par canton.

Pourquoi Monte Leone pour Neuchâtel? « Un choix de région, de langue, de nature mais aussi d’histoire », répond Gerry Hostetter, qui rappelle que la borne frontière avec l’Italie est à trois mètres de la cabane valaisanne. Du coup, il a non seulement éclairé la façade est de cet ancien cantonnement militaire de fleurs, grimpeurs, couleurs suisses (et neuchâteloises), mais aussi d’une tenue de camouflage.

Pour monter à dos d’homme les 250 kilos de matériel, la section a mis à disposition 13 « sherpas », y compris des ados et des filles, en plus de l’équipe de Gerry Hostetter qui s’est tapé le projecteur de 37 kilos pendant trois heures.

L’événement culturel à 2848 m d’altitude a bien sûr été photographié par les gens du CAS et l’équipe de Gerry Hofstetter, l’homme des anniversaires qui a illuminé la Jungfrau pour les 150 ans de son train à crémaillère, un iceberg avec le Titanic 100 ans après son naufrage, mais aussi la BCN à Neuchâtel, la collégiale et le Central à Saint-Imier (2008) et Espacité à La Chaux-de-Fonds (2005). RON

 

arcinfo.ch, le 15.08.13

site de la cabane Monte-Leone-Hütte SAC